Annoncer la foi et accompagner les lycéens

28 avril 2010

Réflexions sur un effort quotidien

Compte-rendu de la Commission Pastorale des Jeunes du lundi 22 février 2010 :
Comment accueillir les lycéens, leur annoncer Jésus et les aider à grandir dans la foi ? Comment les rassembler ? Que voulons-nous leur proposer ? Que voulons-nous faire pour eux ?

Voici quelques notes prises au cours de cette rencontre. Elles disent tout à la fois notre effort et nos ambitions.
Les lycéens ou les jeunes de 15 à 18 ans sont encore des adolescents. Malgré leur stature physique d’adultes, ils sont encore jeunes. Le passage du collège au lycée leur apporte une liberté de mouvement les conduisant à l’instabilité : génération zapping qui décide de ses activités à la dernière minute. Il est difficile de connaître leur questionnement. Leur réflexion (abstraite) semble ne commencer qu’en Terminale. Ils ont besoin d’appartenir à un ou plusieurs groupes… Dans leurs relations aux autres jeunes, les jeunes chrétiens sont soumis à une forte pression et bien souvent vivent, au cours de leurs soirées, un dilemme : « boire de l’alcool ou trouver un(e) partenaire d’un soir ! » Rares sont les occasions où ils peuvent aborder ‘en vérité et avec un regard complet’ les questions de l’affectivité et de la sexualité… influencés par le modèle commun, les jeunes sont poussés à ‘faire comme les autres’. L’esprit du monde les séduit et étouffe en eux le désir et la volonté de garder le lien au Dieu vivant qui habite en eux par sa grâce. Pour autant, les jeunes nous surprennent par leur bon sens et leur esprit critique. La plupart d’entre eux vivent ‘heureusement’.

Beaucoup ont observé un grand décalage entre l’exigence de leur vie scolaire (connaissances et expériences acquises dans leurs études) et leur vie chrétienne (peu charpentée dans les connaissances de la foi). Rares sont les jeunes à avoir fait l’expérience personnelle de Jésus mort et ressuscité pour eux personnellement et vivant dans leur vie.

Nous sommes en contact avec des lycéens :
- dans le cadre de l’Enseignement Catholique
- dans les aumôneries
s ceux qui ont persévéré
s ceux que nous allons pêcher

Notre Pastorale auprès des lycéens varie d’une aumônerie à l’autre et d’un établissement à l’autre…
dans tous les cas, nous nous avons à faciliter la persévérance de certains jeunes
- Temps de réflexion sur des thèmes, temps autour de la Parole de Dieu
- Ciné-débat, rencontre hebdomadaires, pizza témoin
- Mise en place d’une retraite de confirmation spécifique pour lycéens et étudiants.
quand il nous faut faire une première annonce aux autres !

Premières constatations

Il est difficile d’amener des lycéens à participer à une activité ; néanmoins, une fois présents, ils aiment et sont heureux d’être là.
Cela pose néanmoins la question du ‘look’ de nos activités : nous leur proposons de connaître et d’entrer en contact avec Jésus-Christ ; à nous de veiller à ce que le mode de proposition soit aussi attirant
Les jeunes qui ont vécu une expérience sont ceux qui devraient appeler les autres. Pour cela, il faut engager ces jeunes dans la préparation de nos activités.
En milieu rural, les parents ne sont pas d’accord pour encourager, soutenir la démarche (ou assurer la conduite) de leur enfant qui a pourtant le désir de participer.

première annonce ou persévérance ?

Dans l’Enseignement Catholique, l’aspect catholique fait partie de l’institution. A cet âge, les jeunes s’opposent assez facilement à l’institution ; il s’opposent donc aussi à l’aspect ‘catholique’. Certains lycées (St Jo Avignon) proposent donc une rencontre systématique des classes pour une évangélisation par témoignage. Ce témoignage est prolongé tout au long de l’année par les jeunes du groupe Trin City qui sont scolarisés dans l’établissement.
Par la suite, les jeunes ont le choix de s’inscrire soit à la catéchèse, soit dans la proposition ‘connaissance des religions’. La moitié s’inscrit à la catéchèse : one st très souvent dans la première annonce. Malheureusement, cela frustre ceux qui sont déjà catéchisés et qui ont de plus fortes attentes. Il y a en effet un véritable soif d’approfondir sa foi afin d’aller au-delà des simples connaissances reçues par tradition familiale ou catéchèse paroissiale. Dans d’autres établissements (Louis Pasteur - Avignon), il y a une première annonce par tiers ou par quart de classe. En Seconde, il y a des groupes de 7-8 une fois par semaine. Ceux qui sont croyants ont une grande difficulté à affirmer leur foi. La soif de témoigner est là mais quelque chose empêche. Comment apprendre aux jeunes à témoigner ?

A Carpentras, dans l’aumônerie de l’Enseignement Public, il n’y a pas de persévérants mais des jeunes pêchés à travers leur culture : musique métal, graf… Lorsqu’il est invité, l’aumônier se rend aux anniversaires : 3 ou 4 heures de présence au cours desquelles les jeunes vienent le voir de manière personnelle et se confient spontanément. L’aumônier adapte ensuite ses horaires de présence dans l’établissement public pour inviter les jeunes à une initiation philosophique en vue d’une réflexion sur la foi. Le point de départ est l’amitié.

A l’Isle sur la Sorgue, la proposition de café devant l’établissement public permet de rencontrer les jeunes lycéens. A quel moment faire une première annonce du kérygme ? Il est nécessaire de déblayer le terrain auparavant. Il faut comme une ‘propédeutique’ au kérygme. De même, la grande question est celle de ‘raison et foi’. De plus, il est difficile d’évangéliser seul.

A Carpentras, dans l’établissement catholique Saint Joseph, école, collège et lycée sont sur le même site. Les jeunes de l’école et du collège prennent beaucoup de temps à l’équipe pastorale. Consacre-t-on suffisamment de temps aux lycéens ? Ce sont pourtant eux qui viennent nous remettre en cause et nous demander de rendre compte de l’espérance qui est en nous !

A Orange (lycée Saint Louis), l’aumônier assure une présence soutenue auprès des 300 lycéens. Il s’efforce de connaître chacun par son nom. L’aumônier est ni professeur, ni parent, ni copain. Un rapport de confiance s’établit. Une quarantaine de lycéens motivés sont donc ‘accrochés’ aux propositions.

A Pertuis, les lycéens sont invités à se retrouver une fois par mois. C’est un peu ardu. Il leur est proposé de prendre des responsabilités ou de développer leurs compétences : BAFA, musique… afin de transmettre aux plus jeunes.

Les communautés nouvelles font aussi diverses propositions pour les jeunes (sans faire trop de différences entre les âges) : ainsi, Palavra viva propose tous les samedis soir une soirée après la messe. La fréquence hebdomadaire favorise la persévérance.

Au final, il faut viser les deux cibles : première annonce et persévérance !

Quelques pistes

Perdre un an pour gagner la confiance. Accepter de perdre du temps. Notre première annonce porte souvent le plus de fruit là-même où nous perdons le plus de temps. Pour certains jeunes, nous sommes la première personne qui prend vraiment le temps d’une écoute vraie et d’un amour gratuit.

Il faut une forte présence et une présence visible. L’âge ‘lycée’ est un âge où les jeunes ont des périodes d’ouverture ou de questionnement qu’il nous faut ne pas rater. Mais, trois ans de lycée, c’est court !

Nous connaissons la grande soif des jeunes. Puisse notre annonce explicite de Jésus-Christ être celle du témoignage et de l’exemple vécu concrètement.
Il est parfois difficile de renvoyer les jeunes dans leur paroisse.

Être attentif aux jeunes qui passent du collège au lycée. Accompagner ceux qui ne veulent plus aller à l’aumônerie en gardant avec eux le lien d’amitié déjà tissé. Laisser dire aux jeunes tout ce qu’ils pensent.

Week-End Lycéens


Les WE diocésains (organisés le 3e WE d’octobre) rassemblaient une centaine de lycéens jusqu’en 2007. Le WE diocésain à Orange (2008) : une petite cinquantaine. Le WE diocésain à Montvafet (2009) : une soixantaine… grâce aux Pionniers de France de Carpentras qui nous ont rejoint une partie du temps.
Des soirées témoignages ont rassemblés une centaine de jeunes autour de frère Henry Quinson et 130 jeunes autour du Père Guy Gilbert.

Des remarques des uns et des autres se dégagent les conclusions suivantes :
- en octobre, l’année commence à peine et les groupes de lycéens ne sont pas encore vraiment constitués ; les 2nde n’ont pas encore fini de basculer en mode ‘lycéen’…
- proposer un tel rassemblement mi-novembre ou fin janvier
- les lycéens qui auraient démarré plus tôt peuvent être partie prenante de la préparation
- dans ces rassemblements, importance du témoignage de quelqu’un d’extérieur
 

 

Compte-rendu de la Commision Pastorale des Jeunes du 22/02/10