Des jeunes témoins à la Fac !

4 novembre 2009

Pendant les huit premiers jours d’Octobre, l’aumônerie des étudiants a ouvert les portes de la chapelle de sainte Marthe à temps plein. Des jeunes de l’aumônerie et des jeunes professionnels ont passé des heures à la porte de l’université pour rencontrer d’autres jeunes et leurs professeurs (nous avons pu parler avec plus de 2000 personnes !).
Le but : les inviter à venir à la chapelle saint Marthe pour voir une exposition : « Pars de ta terre vers une terre que je te montrerai », exposition qui a culminé avec la rencontre avec Madame Picard à la salle de la Chapelle Sainte Marthe.

L’expérience a été un grand cadeau : la joie des jeunes qui ont donné leur temps pour parler de leur foi aux autres…, la joie de la prière qui jaillissait dans nos cœurs, la joie du service humble, de l’amour à tous… et à la fin la joie de voir la chapelle plus que pleine, les nouveaux contacts établis et surtout la joie de voir que beaucoup ont pu écouter une parole d’espérance et de résurrection !

Voici le témoignage d’une étudiante ; retrouvez les photos de la journée en cliquant ici

Témoignage

Jeudi 8 Octobre, nous avons eu la chance d’entendre le témoignage de Mme Picard à la Mission Etudiante à la Chapelle Sainte Marthe. Juive, à l’âge de 19 ans, elle a été arrêtée et déportée dans les camps de concentration d’Auschwitz.

Entendre un témoignage comme cela est bouleversant, mais c’est encore plus impressionnant de l’entendre se présenter comme « témoin de la déportation et témoin du Christ » . Elle s’est convertie plus tard, une fois libérée, mais ce qui m’a frappée dans son récit, c’est tout d’abord qu’au milieu de l’atrocité vécue, elle parlait de cet « amour d’amitié »… « On peut vivre sans pain mais non sans amour » dit-elle souvent. Cette amitié, créée avec quelques femmes déportées, leur a donné une force au milieu de la mort. Plus tard, après sa conversion, elle explique qu’elle reconnaîtra que c’était le Christ qui était la source de cela.

Quand elle est sortie des camps, elle pensait avoir assez souffert pour toute sa vie, mais elle s’est mariée et a eu des enfants dont une fille handicapée qu’elle a dû confier à une structure très loin de chez elle… C’est dans ce moment de souffrance (souffrance encore plus grande que celle d’Auschwitz nous dira-t-elle) qu’en montant un calvaire elle a eu une rencontre avec le Christ qui Lui disait « Non !! Tu n’es pas seule, moi aussi j’ai souffert et je souffre avec toi ! ». Cette Parole du Christ en Croix a bouleversé toute sa vie.

Depuis cette rencontre et sa conversion par la suite, on voit une femme qui est profondément persuadée aujourd’hui, que l’Amour a vaincu la mort et qui l’a expérimenté de manière impressionnante. Ce qui m’a le plus marquée, c’est la force de vie qu’aujourd’hui elle a pu nous transmettre, force d’espérance et de pardon ! Oui, le pardon n’est pas facile, surtout après avoir vécu de telles souffrances. Mais elle nous disait qu’on ne pouvait pas vivre avec une haine dans le cœur et que pour « casser la chaîne de la haine » il n’y avait qu’une solution : répondre par l’amour…

Une jeune, à la fin de ce témoignage, me disait combien elle avait été bouleversée justement par cette force de vie que Mme Picard nous avait transmise, et que ses paroles de pardon lui paraissaient tellement vraies. C’est impressionnant de voir jusqu’où la rencontre avec le Christ a pu transformer sa vie après de telles souffrances, et que cette phrase de la Parole de Dieu « l’Amour est plus fort que la mort » est si vraie…

Ségolène Bedouin

Contact
Mission Étudiante